Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cet entrelacs de troncs multicolores a disparu. Ceux qui ne l’ont pas connu n’auront pas de peine, ceux qui l’ont vécu auront peut-être comme moi un pincement au cœur. Je me rappelle de ma première visite sur l’ile Simon et de la curiosité étonnée qu’a suscité ce Pata coloré de 50 mètres de long et 7 mètres de hauteur, de l’artiste scandinave Maj-Siri Österling. Inauguré en 2001, il figure un barrage de bois sur une rivière, qui dirige les saumons vers des nasses, méthode de pêche ancestrale lapone. Sa créatrice y voit «les veines de sang, le fort courant des fleuves et la dure vie du saumon ».

Cliquez sur la photo ci-dessous et naviguez à l'aide de la souris dans la visite virtuelle :

Maj-Siri Österling est née au bord du fleuve Torne, en Laponie. Sa vie se partage entre la Suède et le sud de la France, au rythme de la nature dit-elle. Des études de peinture et d’histoire de l’art, ses expériences et ses souvenirs d’enfance nourrissent ses œuvres.

En ce mois de juin 2014, le Pata de l’ile Simon a été démonté, avec l’accord de l’artiste, et recyclée en déchetterie. Trop d’éléments à changer et trop dangereux, aux dires de la municipalité.

La fugacité d’une œuvre n’est-elle pas une finalité normale ? Les œuvres d’art doivent-elles s’affranchir du temps, en présence comme en souvenir ? Leur volatilité serait leur avenir, pour couper court à cette frénésie qu’est devenu l’art, un marché financier.

Le Pata - Ile Simon - Tours - panoramique

Partager cet article

Repost 0